Aoutch, j’ai mal au cou !

30 Mar 2022

Le mal de cou, nous sommes nombreuses à y être confrontées à un moment ou à un autre. Le cou complètement raidi au réveil, l’impossibilité de tourner la tête sans douleur, voire même le torticolis. Aoutch, ça fait vraiment mal !

Il y a mille et une raisons à ces douleurs au cou, et notamment notre posture (coucou les journées passées voûtées devant l’ordi), le stress (coucou les épaules remontées aux oreilles), la position pour dormir (oui, je dors sur le ventre, et non, je ne sais pas comment faire autrement)… Bref, raisons multiples, pas toujours identifiables, et/ou pas toujours faciles à éradiquer.

Je sais de quoi je parle, je me suis levée avec un mal de cou tous les matins pendant des mois et des mois. Ça arrive beaucoup plus rarement maintenant. Et quand c’est le cas, la plupart du temps, les douleurs disparaissent la plupart du temps en quelques mouvements. Le fait de dénouer régulièrement les tensions me permet de ne pas les accumuler. C’est en tout cas ma théorie !

Protéger notre cou au quotidien

On passe beaucoup de notre temps la tête en avant : quand on est sur notre téléphone, sur notre ordinateur, quand on conduit… Et on prend l’habitude de l’avoir dans cette position, du coup (haha), elle aura tendance à rester ainsi une grande partie du temps, même quand nos actions ne le nécessitent pas.

Or, plus la tête est en avant, plus elle est lourde. C’est comme quand on porte une charge lourde à bout de bras, ça parait super lourd. Et puis, on les rapproche de nous, le poids redevient acceptable. Or, c’est exactement le même poids, le même objet.

La tête, c’est pareil. Elle a toujours exactement le même poids (environ 4/5 kgs chez les adultes), mais le ressenti est différent pour nos cervicales selon son inclinaison. Jusqu’à 27 kilos de ressenti !

Et en réalité, je pense que ce qui a changé la donne dans mes maux de cou, c’est de rentrer le menton. Ou plus exactement, de venir déposer la tête vraiment au-dessus de la colonne vertébrale, là où elle est supposée être, anatomiquement. Je vous présente le mouvement dans cette courte vidéo (une de mes toutes premières !).

Quelques mouvements pour soulager le cou

Ce sont des mouvements tout simples que vous pouvez retrouver dans cette petite séance sur YouTube. Ces postures offrent souvent un soulagement immédiat, en une dizaine de minutes, à pratiquer en respirant profondément :

  • Tourner la tête à droite et à gauche, sans forcer
  • Lever le nez vers le haut puis le redescendre vers le bas, avec éventuellement les deux mains à l’arrière de la tête pour qu’elle ne parte pas trop en arrière
  • Emmener l’oreille droite en direction de l’épaule droite (assurez-vous de ne pas monter l’épaule, ça peut être un réflexe !). On peut déposer la main droite sur l’oreille gauche, sans tirer, et on peut aussi soulever le bras gauche. (Et on fait la même chose de l’autre côté)
  • Dessiner des sourires avec la tête : on regarde à droite, on emmène le menton en direction du sternum, et on regarde à gauche et on continue ainsi.
  • Et venir emmener la tête vers l’avant, puis vers l’arrière (jusqu’à créer un double menton !) N’hésitez pas à accompagner le mouvement avec votre main : déposez la main sur le menton et accompagnez le menton qui rentre ! 

⚠️ Si des douleurs s’éveillent pendant ces mouvements, allez moins loin ! On ne veut pas sentir de douleur, ni aller au-delà des capacités actuelles du cou, même si d’habitude elles sont plus amples : au fur et à mesure des mouvements, les tensions vont s’apaiser et les muscles se détendre, et vous retrouverez votre mobilité habituelle.  

Prenez soin de votre cou !

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Mieux connaitre la respiration

Mieux connaitre la respiration

La respiration, c’est souvent quelque chose qui fascine pas mal quand on fait du yoga : on apprend à l’allonger, à l’approfondir, à la placer plutôt dans le ventre ou plutôt ou niveau de la cage thoracique, ou plutôt au niveau des clavicules, on bouche une narine,...

read more
Planter des graines : persévérance et puissance de nos échecs

Planter des graines : persévérance et puissance de nos échecs

Lundi soir, je suis allée courir. Première fois depuis 2 ans et demi. Et j'ai réussi à courir 7 kilomètres sur 45 minutes sans m'arrêter (mon frère, le coureur de la famille a dit "pas dégueu pour une reprise". J'étais déjà fière de ma performance, mais là j'étais au...

read more