Bilan de déconfinée

3 Juin 2020

A Maurice, nous sommes déconfinés depuis dimanche. En 2 mois et demi, nous avons vécu, au niveau national, des bas (supermarchés fermés pendant 10 jours, panique, familles n’ayant rien à manger) et des hauts (solidarité exceptionnelle, « victoire » contre le coronavirus).

Individuellement, je fais partie de celles et ceux qui ont bien vécu le confinement. Introvertie, travaillant déjà à 80% de la maison, avec des revenus stables, pas d’enfant, un mari avec qui j’apprécie de passer 100% de mon temps, j’avais le bon profil. J’avais aussi en moi beaucoup de raisons qui auraient pu faire que ça se passe moins bien, dont ma « claustrophobie îlienne », l’annulation de la venue de nos amis de Belgique, l’annulation du voyage-retrouvailles avec mes parents, mon frère et ma belle-soeur en Islande, mon besoin de passer du temps dans la nature…

Mais ce que je retiendrai du confinement, c’est que je me suis jetée à l’eau. Pour la première fois peut-être, je me suis montrée « au monde ». Mon projet de yoga en ligne existait depuis le début de ma formation de prof de yoga, mais je ne l’aurais pas lancé aussi tôt sans le confinement. J’aurais attendu d’avoir donné un nombre incroyable de cours de yoga pour me sentir légitime pour proposer du contenu en ligne. Légitimité, confiance en moi, tout ça tout ça.

J’avais donné 3 cours en présentiel avant le confinement, avec 3 élèves en tout. Au début du confinement, ma première vidéo, je l’ai faite pour ma Maman (au bord de la piscine, avec un son atroce, mais le coeur y était). Puis je l’ai partagée à des amies. Puis j’en ai fait d’autres, en intérieur, plus proche de l’écran pour une meilleure qualité de son. Et enfin, j’ai lancé mes séances sur Zoom. Après avoir miraculeusement trouvé un micro, la qualité de mes vidéos et séances de yoga en ligne s’est améliorée, et j’ai osé les partager plus largement.

J’ai désormais quelques élèves très assidues, d’autres qui viennent quand c’est possible… Je suis fière de vous avoir apporté un petit coin de douceur pendant ces semaines d’enfermement à travers 17 séances Zoom et 13 vidéos YouTube. Et ce n’est pas fini ! Yoga avec Emilie va évoluer dans les prochaines semaines, avec l’introduction de « vraies » séances d’environ 1 heure à 1h15.

Je n’ai pas attendu que les choses soient parfaites pour me lancer. Je me suis sentie (et je me sens encore) comme ça, plusieurs fois :

Mais j’y suis allée, parce que j’avais quelque chose à offrir à mes proches à un moment où ils en avaient besoin, et ils en ont parlé autour d’eux.

J’ai une ancienne vie de perfectionniste. Où je voulais que tout soit parfait « avant que ça parte », « avant de soumettre », « avant de déposer », etc. J’en ai encore de sacrés restes. Mais je me répète, aussi souvent que nécessaire que « le mieux est l’ennemi du bien » et que souvent passer à l’action nous permet de déjouer la plupart de tout ce qu’il se passe dans nos têtes. Ce qu’on craint le plus, la plupart du temps, n’arrive pas. Des variations de ce schéma circulent sur internet, et ça m’aide beaucoup d’y penser en cas de grand coup de stress :

Bref, ce bilan de déconfinée pour vous encourager à faire ce que votre coeur souhaite faire, même si ce n’est pas parfait. On apprend en faisant, on apprend de nos erreurs, de nos réussites, des retours que nous font les gens sur ce que nous partageons au monde (merci !). Voilà deux mantras à garder en tête : « Fait est mieux que parfait » et « le mieux est l’ennemi du bien. »

A l’action !

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Explorons le chakra racine

Explorons le chakra racine

Aujourd’hui, nous explorons le chakra racine ou en sanskrit muladhara chakra. Mula veut dire racine, et Adhara signifie support. Muladhara chakra, c’est le premier chakra, celui qui est situé tout à la base de la colonne vertébrale. C’est le chakra de l’enracinement,...

read more
Satya, la vérité

Satya, la vérité

Satya, c'est le deuxième yama, selon les Yoga Sutras de Patanjali. Les yamas, ce sont ces normes éthiques de comportement en société. J’avais abordé le premier des yamas, Ahimsa, la non-violence, à travers l’angle du végétarisme et de nos relations aux autres. Amhimsa...

read more
Prendre soin de sa santé mentale au quotidien

Prendre soin de sa santé mentale au quotidien

Je vis une période de changements, tous positifs et choisis, qui entrainent, malgré tout, leur avalanche d’émotions. Et non, l’excitation lié à notre changement de vie n’est pas toujours celle qui est à la surface. D’ailleurs, elle est souvent ensevelie sous une...

read more