La posture de yoga qui vous est incontournable

19 Mai 2021

Dernièrement, une prof de yoga parlait de « posture incontournable du yoga ». Personnellement, je ne pense pas qu’il y en ait. Je comprends la logique : certaines postures se trouvent PARTOUT, et on tombe toujours dessus. Mais si pour une raison ou une autre on ne peut ou ne veut pas la faire, alors, elle n’est pas incontournable.

De mon point de vue, nous avons chacune nos postures incontournables, et elles sont propres à nous-même : par exemple pour moi, une posture incontournable, c’est le chien-chat. Elle est incontournable pour MOI. La vôtre, c’est peut-être le pigeon, l’enfant, ou peut-être que vous n’en avez pas.

Avant d’être prof de yoga, je pensais qu’il fallait absolument savoir se mettre sur la tête pour être une vraie bonne pratiquante du yoga. Maintenant je sais que non. Qu’on peut faire du yoga sans faire la moindre posture, aussi. Et que si on a envie de se mettre sur la tête, c’est très bien, mais que si on ne peut pas, on peut s’en passer, ou trouver des postures qui nous donnent une idée de comment ça peut être d’être sur la tête, sans mettre tout son poids sur ses vertèbres cervicales. Bref, contrairement à ce que je croyais (désespérément, car pour mes vertèbres cervicales, c’est un grand non, cette posture !), aucune posture n’est incontournable !

Par contre, il y a nos postures à nous, incontournables, celles qui sont délicieuses, qui nous font tellement de bien, dans le corps, dans le cœur ou dans l’esprit, ou un peu de tout ça d’ailleurs. Et je trouve intéressant aussi d’explorer celles qu’on aime moins. Celles qu’on déteste cordialement. Celles où ça parait hallucinant d’être dedans.

Pour ça, je vous invite à explorer, en vous posant certaines de ces questions :

Les postures que vous aimez faire, vous 

Les questions à vous poser : pourquoi j’aime la faire ? Qu’est-ce qu’elle m’apporte ? Aux niveaux physique, émotionnel, spirituel.

Par exemple : j’adore le chien-chat parce que je sens mon dos qui prend vie, mes vertèbres qui sont contentes, j’ai l’impression de me défaire de milliers de micro-tensions. Ou encore : j’adore la relaxation en savasana, j’ai l’impression de me régénérer complètement.

Les postures que vous détestez 

Les questions à vous poser : pourquoi je la déteste ? Parce que je n’arrive pas à la faire ? Parce que j’ai mal quand je la fais ? Parce que je n’arrive pas à la faire comme la prof ?

Par exemple : une posture que j’ai DE-TES-TEE cordialement pendant des années, c’est Supta Padangustasana, la posture couchée de la main à l’orteil. Impossible pour moi d’attraper mon pied, sentiment d’incompétence maximal. Soit j’essayais désespérément de la faire (si j’étais dans un cours public), soit je zappais complètement la partie de la séance YouTube sur cette posture. Radical. Et puis, j’ai eu la bonne piste qui m’a permis de la réaliser dans mon corps, et maintenant, c’est une de mes postures préférées (j’en parlais ici dans le blog, et ici en vidéo, c’est parfois plus parlant !)

Donc mon invitation pour vous, c’est de vous pencher sur une posture que vous détestez, et que vous essayiez de ressentir dans votre corps, peut-être, ce qui bloque, si comme moi, c’est une impossibilité physique, ou si c’est autre chose. Et une fois que vous avez une piste, vous pouvez demander à votre prof de yoga préférée des options à explorer pour venir transformer votre rapport à cette posture, si c’est votre souhait (en commentaire ou par email, vous savez que c’est toujours possible !)

Je pars du principe que sur le tapis comme dans la vie, quand on a une situation qui nous fait grincer des dents, on a quelque chose à y gagner d’explorer plus en détails !

Les postures auxquelles vous êtes indifférente 

Les questions à vous poser : est-ce parce que je la fais tout le temps et machinalement ? Est-ce parce que je ne ressens plus rien de particulier ?

Alors mon défi pour vous, c’est de venir trouver quelque chose de doux, de particulier dans ces postures, peut-être de ralentir pour venir observer vos micros-mouvements, ou de bien ressentir l’avant-après dans le corps et l’esprit, dans cette posture. Peut-être que votre prof vous fait faire le chien-chat à chaque séance ou presque (coucou !) et que vous, cette posture ne vous parle pas plus que ça. Que pouvez-vous trouver de nouveau dans cette posture qui vous laisse de marbre ?

Ni l’un, ni l’autre, pas de préférence

Peut-être que vous n’avez ni posture préférée, ni de posture qui ne vous plait pas. Prêtez alors attention à ce que vous aimez dans votre pratique, ce qui vous nourrit.

 

➡️ Dans toutes ces réflexions, aucune bonne ou mauvaise réponse, et rien d’inscrit dans le marbre, ça évolue avec notre pratique. L’idée de prendre un peu de recul sur ce que vous aimez et ce que vous aimez moins dans votre pratique du yoga, c’est de peut-être venir élargir la palette de postures que vous appréciez, de venir explorer ce qui vous fait réagir, et de venir approfondir, aussi, votre conscience de vous-même pendant votre pratique ! Mais surtout, rappelez-vous : toujours dans le respect de votre corps, de votre rythme, sans douleur, et dans la joie !

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Explorons le chakra sacré !

Explorons le chakra sacré !

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir le chakra sacré ou en sanskrit, Svadhisthana Chakra. Svadhisthana, ça veut dire « la résidence de soi ». Et le verbe svadha, c’est « adoucir ».  Svadhisthana chakra, c'est le deuxième chakra, juste au-dessus du chakra...

read more
Savoir dire non et suivre son cœur

Savoir dire non et suivre son cœur

Il est parfois difficile de dire non. De vraiment faire ce qu’on a envie de faire. Parce qu’on sent la pression, parce qu’il y a un imprévu, parce qu’on a « peur » de la personne en face, ou parce qu’on veut faire plaisir. Se retrouver à dire oui, alors qu’on pense...

read more
Sagesse des cèpes : 13 enseignements

Sagesse des cèpes : 13 enseignements

Ces derniers jours, je suis partie à la cueillette de champignons, et alors que j’errais dans les bois à la recherche des cèpes et que j’ai découvert que j’aimais ça (je savais que j’aimais les manger, je savais pas que j’aimais les chercher), j’ai réalisé que cette...

read more